navigation

118 Les canards boiteux 21 juin, 2008

Posté par walterlewino dans : BUSINESS,JEUX , 7 commentaires

Comment peut-on encore acheter des quotidiens et des magazines généralistes, et, surtout, comment peut-on faire confiance à des entreprises assez débiles pour nourrir un gigantesque serpent dans leur sein.
Prenez-les uns après les autres, par devant par derrière, comme vous préférez, ils consacrent tous un grand nombre de pages à célébrer la télé.
Et que je te présente la grille des programmes heure par heure et chaîne par chaîne, et je me joins à eux pour promouvoir des émissions, et que je te hisse leurs hommes et femmes-troncs au rang de supers vedettes, alors que précisément cette putain de télé les saigne à mort, leur pique tous leurs lecteurs et va bientôt les foutre sur le sable.
Bientôt, masos comme ils sont, ils vont nous faire de la pub pour les journaux gratuits

Thetime Ontime

QU’EST-CE ?
Aucun rapport avec le texte précédent.
Ceci n’est qu’un amusement que vous retrouverez
au gré des humeurs du Noble Vieillard. A votre tour
d’entrer dans le jeu en légendant cette image à votre façon.
Il suffit de taper sur commentaires

agenoux500.jpg


Juppé implorant Borloo de cesser de boire

72 L’anglo-occitan 6 mai, 2008

Posté par walterlewino dans : BUSINESS , 2 commentaires

Le Périgord est entrain de tourner rosbif. C’était déjà comme ça pendant la guerre de cent ans. Ces bon dieu de britanniquesx se sont jetés sur la moindre fermette sur la plus délabrée gentilhommières, pas un ancien presbytère ne leur échappe. Les agences immobilières, souvent anglaises, se régalent, les locaux crient à l’évasion tout en faisant monter les prix.
Il faut reconnaître aux outre-manchiens un grand respect pour la nature et l’authenticité des vieilles pierres. Comme il se sentent en pays conquis pas question pour eux de parler une langue étrangère, l’anglais n’est-il pas la langue mondiale par excellence, de toute façon à part « merci beaucoup » et « vin rouge » faut pas leur en demander trop. C’est justement là que commencent les problèmes. Difficiles de se faire comprendre des artisans locaux, lesquels demeurent incompréhensiblement fidèles au français voire à l’occitan pour les plus âgés. .
Dommage qu’ils ne disposent pas de petits lexiques franco-anglais touchant aux termes de leur profession, un par corps de métier. Le Franco anglais du Jardinier, celui du Maçon, celui du Menuisier, celui de l’électricien, celui du Restaurateur, celui du Notaire, etc
Une trentaine de pages, pas plus, dans un mini format et sous couverture plastique, en vente dans toute les boutiques du bled.
Un petit éditeur local pourrait s’en charger. Non ? Cela favoriserait à la fois ses finances et l’entente cordiale.

Thetimeontime

42 La bagnole de papa 6 avril, 2008

Posté par walterlewino dans : BUSINESS , 6 commentaires

Marrant les délires publicitaires pour nous vanter les bagnoles. Et que je te les bourre de femmes à poil, de débiles moteurs, de chiens chiens à sa mémère, de sextuplés ; et que je te les balade dans des paysages extravagants, dans des villes futuristes ; et que te les transforme en robots humanoïdes, en bulles de savon, en astéroïdes ; et que je t’y entasse le contenu d’une benne à ordures ; et je te les offre à ton petit gosse de dix ans ou à son aîné pour son annif.

On sait qu’elles furent au départ uniquement choisies par le mâle, puis que la femme prit de plus en plus part à la décision, maintenant ce sont les gosses, dit-on, qui font pencher la balance en faveur de tel ou tel modèle.
A ce propos voici une proposition gentiment suggérée à monsieur Ghosn ou à la famille Peugeot par un NVF qui n’a jamais été un fana des caissons à moteur : pour l’achat de toute bagnole neuve, offrez donc au gosse un petit modèle réduit télécommandé, même type, même couleur. Ca devrait aider.
Histoire de damner le pion à ces féroces constructeurs étrangers qui nous inondent de leurs tas de ferraille.

Thetimeontime

31 Caddie-cadeau 26 mars, 2008

Posté par walterlewino dans : BUSINESS , 2 commentaires

Non seulement les grandes surfaces, super et hyper, ont tué le petit commerce qui était le cœur de nos cités, mais elles ne savent qu’inventer pour baiser le chaland.

Promotions par-ci, triple réduction par-là. Et qu’est-ce qu’on en a à foutre de trois kilos de Canigou pour le prix de deux si on n’a pas de clébard, de dix paquets de sucre à moitié prix si toute la famille est diabétique, de trois slips pour le prix d’un seul si on ne porte que des caleçons, de la super promo sur les yaourts si on est allergique au lactose…
Quant aux cartes de fidélité ou de client privilégié, vous avez compris comment ça fonctionne, vous ? quel est leur intérêt ?
N’empêche aucun des caïds de la grande distribution n’a pensé à doter ses caisses enregistreuses d’un logiciel-loterie qui désignerait au hasard un client sur cent à qui sera offert gratuitement le contenu de son caddie.

Aussitôt alerte musicale dans toute la baraque pour signaler l’heureux bénéficiaire. Rigolade générale s’il n’a acheté qu’une laitue à six sous, tonnerre d’applaudissements si son caddie déborde champs, de grands bordeaux et de foie gras.
La loi des grands nombres aidant cela ne coûterait que 1% à l’établissement. Mais quelle super promotion !

Thetimeontime

17 Toïlette plize 12 mars, 2008

Posté par walterlewino dans : BUSINESS , 2 commentaires

• Une sous-méthode Assimil pour se débrouiller dans les langues étrangères ? Destinée aux personnes qui désirent seulement baragouiner, comprendre et se faire comprendre. Pour un petit voyage ou un court séjour. Exit la grammaire et la bonne prononciation. On se fout de parler ou d’écrire correctement. Étranger on est, étranger on est fier de demeurer.
Pour les aspirants à l’anglais, par exemple, inutile de leur expliquer comment prononcer le th, d’exiger qu’ils mettent une s à la troisième personne du singulier . Terminées des histoires de neutre et d’ordre des adjectifs. Rien que du concret. A eux de piger.
Le manuel attaquera sur le « je suis » qui est l’incipit incontournable des prises de contact. Exit le I am avec son I majuscule incompréhensible, place au aïe ! âme que le dernier des cancres peut comprendre.
Autre exemple : On expliquera qu’il est inutile de faire précéder toute demande de Where is(are) the quand il s’agit d’un lieu et encore moins du sempiternel Could you tell me, ce qui aboutit pour un prostatique saisi d’une envie pressante à un somptueux Please, could you tell me where are the toilets in this establishment, relevé dans un guide qui prétend s’adresser à un aspirant polyglotte, alors que Toïlète plize serait été autrement efficace.

Notre dessein n’est pas d’apprendre aux gens à lire ou à écrire, ni à s’initier aux subtilités d’une langue qui leur échappera toujours, mais à leur permettre de vagabonder en terre étrangère sans trop de dégâts.

1...1011121314

CONGENIES AUTREMENT |
gundershoffenensemble |
VANTOUX AUTREMENT |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ROUGE AU COEUR
| Comité Agir Pour Prémilhat
| Menton, ...