navigation

352 Triporteur blues 11 février, 2009

Posté par walterlewino dans : CINEMA , trackback

NVF, réveille-toi. Les gens s’en foutent de ce que tu penses de la crise. T’es trop Cassandre pour leur plaire. Quant à les convaincre ? Tu veux rire…
Cool, Raoul. Décontracte-toi. Abandonne-toi à une de ces petits délires inventifs qui te viennent avec le fumet du café matinal.
Prends une sorte de triporteur. Mais un chouette, hyper léger, en acier spécial, rutilant neuf. Devant est assise une jolie jeune femme et derrière, aux pédales, un gars, jeune aussi, mais drôlement baraqué. Ils roulent sur une petite route de Bourgogne pas loin de Vézelay.
La caméra les suit de haut, tourbillonne et enfin se rapproche.
On l’aura deviné. La fille est paralytique et le mec aveugle. Fable connue.
En s’approchant un peu plus on aperçoit deux gros sacs, l’un sur les genoux de la fille l’autre au dos du mec. Et sur chacun d’eux, joliment brodée, une coquille saint jacques.
Mais oui, ils portent pour le grand pèlerinage de Compostelle par le chemin des Templiers.
Il va s’en passer des choses. Imaginez un peu. D’autant qu’ils ont décidé de jouer la règle et de ne survivre que grâce à la charité. Pas le moindre argent sur eux, et encore moins de portable.
Engueulade avec les automobilistes.
Engueulade entre eux.
Problème pour se faire loger à l’œil. Soit que les gens se méfient soit qu’au contraire ils se montrent trop empressés.
Emerveillement de certains devant l’astucieuse conception du triporteur qui permet de transformer la partie avant en fauteuil à roulettes.
Balade à travers les rues du bled, l’aveugle poussant le fauteuil.
Amusante pratique amoureuse entre deux êtres si différents physiquement.
Un joli reportage aussi sur la mentalité qui règne au fin fond des provinces françaises.
Problème avec la famille et les amis, qui ne peuvent s’empêcher de venir s’assurer, pratiquement en convoi, que tout va bien et qui se font vertement repoussés.
Problème avec la presse et la télé qui débarque à fond la caméra et les micros
Par moments l’aveugle déprime et la paralytique râle, et par moments c’est le contraire. Parfois ils sont en pleine euphorie et s’aiment à la folie et parfois ils songent de concert à abandonner. Suspens.
Accueille en fanfare sur le vieux pont de Limoges et sur le parvis de l’église de Conques.
Ras-le-bol des curés qui veulent profiter de l’aubaine pour réveiller les paroissiens endormis
Le journal télé fait régulièrement le point sur leur position ce qui les rend furieux. Engueulade avec des cameramen. Participation de la population à leur éjection.
Difficultés pour grimper les côtes pyrénéennes. Les crampes du mec et l’indifférence de la gonzesse.
Problème de finances en Espagne ou le camino francés est devenu une véritable industrie.
Bousculade devant le portique de la Gloire à Saint-Jacques.
Méditation minutée devant le tombeau du saint dans la crypte.
Tentative de la paralytique de convaincre son compagnon de revenir à Vézelay en triporteur comme à l’aller.
Les héros dans l’avion du retour, en classe affaires. Champagne et gueuleton, entourés de passagers admiratifs et photographieurs qui ont appris leur exploit.

« Et où est-ce qu’on peut le voir, ce film ?
— C’est pas un film, monsieur, c’est un simple blog.
— Un blog ? Quel gâchis !
— Vous l’avez dit. »

Thetime Ontime

QU’EST-CE ?
Aucun rapport avec le texte précédent.
A votre tour d’entrer dans le jeu en légendant cette image à votre façon
enlevement600.jpg
La bande à Le Pen kidnappant Marianne

Commentaires»

  1. xavier

    Pour une fois entièrement d’accord avec toi à propos de la combinaison de la connerie ambiante et des combine marchandes

    Par ailleurs, normal que t’aime pas la goutte des vieux. Normal pour un jeune godelureau

    Paul Fort, tu connais? le prince des poètes, l’avait bien pressenti vers 1900. Ecoutons-le en silence:

    « Goutti, goutta
    goutte au nez
    c’est comme cela que l’on m’a fait
    c’est comme ça que je suis né… »

    Je cite de mémoire, et tu sais, la mémoire des vieux qui ont la goutte au nez…

    Le Noble Vieillard Facétieux

  2. Ah ! Merci merci merci pour ce « simple blog ». C’était super !

    C’est pas qu’on s’en fout de la crise, c’est qu’on n’en peut plus d’en entendre parler sur tous les tons, partout, tout le temps…
    C’est anxiogène et ça ne peut que la faire empirer cette putain de crise.

Laisser un commentaire

CONGENIES AUTREMENT |
gundershoffenensemble |
VANTOUX AUTREMENT |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ROUGE AU COEUR
| Comité Agir Pour Prémilhat
| Menton, ...